Accueil du site > Les canaux du Centre France > Canal de Berry > Les aventuriers du canal tranquille ou « Il était un petit navire (...)

Les aventuriers du canal tranquille ou « Il était un petit navire ».

dimanche 10 octobre 2010, par Jacques ROMAIN

Par un dimanche ensoleillé, quelques ami(e)s partent pour une longue expédition ; Ils ignorent encore ce qui les attend tout au long de cette escapade.

Dernières consignes !

Dernières consignes avant le départ !

Les consignes ...

Les bateaux sont prêts !

Les bateaux sont prêts !

Les bateaux sont là, tous les trois, dans leurs beaux atours bleu et blanc pour les uns, vert et jaune pour l’autre, à attendre le capitaine qui allait les mener au but malgré les nombreuses embûches parsemées le long du chemin (de halage bien sûr)… bateaux

Il est 09H00 !

Le départ se déroulera dans le calme, tout le monde étant à l’heure, désireux de ne manquer cela pour rien au monde….

Et voici déjà le premier piège pour nos passagers anxieux… La passerelle, si fragile d’apparence, leur donne une folle envie de … retourner à la maison ! Passerelle

Mais, voilà, tout le monde se regarde, il va bien falloir la franchir cette maudite passerelle si étroite ! Allez, courage ! Voilà, ça y est ! Le premier obstacle est franchi ! YESSSSSS !

Quelques photos, et c’est enfin le départ !

Pas grand le bateau, non pas grand ! Tiendra t’il le coup ?

S’assoir, oui s’assoir, mais le deuxième problème est là ; Comment ? Ah, voilà que fuse la bonne idée… Démontons la table, et il y aura de la place… Aussitôt dit, aussitôt fait ! Et nous voilà assis, oh pas pour bien longtemps, le café n’était pas prévu et le spectacle est à l’extérieur ! Les passagers se répartissent, par affinité, entre l’avant et l’arrière du bateau pour pouvoir mitrailler les berges et les passagers des deux autres bateaux… Certains n’arrivent pas à se décider, et traversent le bateau dans un sens puis dans l’autre, en le faisant rouler … !

Quel beau spectacle que ces vaillants bâtiments nous emmenant vers de grandes aventures, dont nous ignorons tout encore !

Le voyage se poursuit, tranquille, les paysages changent ; La ville a laissé sa place à des paysages champêtres où le soleil joue à cache-cache avec les arbres ; Le soleil joue à cache-cache ...

Joli spectacle son et lumière, sans le son… !

Quel calme !

Oh, voilà un obstacle de taille, une …écluse, vous avez dit écluse ? Et oui, un changement de niveau s’impose… ecluse

Nous ne saurons jamais pourquoi, mais comme dans la chanson, c’est le jeune mousse qui est sacrifié ; L'éclusiere

La jolie Marine saute sur la rive et se fait expliquer la manœuvre par notre vaillant capitaine, assisté par le « reporter sans frontière », François, qui nous accompagne tout au long de notre cheminement… Hardiment, elle tourne la manivelle d’une main ferme, sans crainte du trop fameux retour … de manivelle ! Les portes se ferment, s’ouvrent ; Le sas se vide ; Le bateau suit, bien malgré lui, la lente descente des eaux ! Nous voilà au plus bas, nous allons pouvoir reprendre notre long périple ! Pont-levis

Un pont-levis nous attend plus loin, et c’est encore la jeune Marine qui, courageusement va soulever le tablier d’un …tour de clé ! Bruno penche la tête...

- Bruno, trop pressé, penche la tête ; Mais c’est Chantal qui vit dangereusement ! -

Il est 11H00 !

Le pont-canal, prometteur de la pause-déjeuner apparait à l’horizon ; Trop tôt pour le repas, décide le capitaine !

Magnifique ouvrage d’art jeté par-dessus la Sauldre, le pont-canal a provoqué bien involontairement, le débarquement de presque tous les passagers, avides d’images à mémoriser ! pont-canal

Les bateaux, amarrés, ne s’impatientent même pas !

Les arches du pont-canal enjambent la Sauldre

L'usure des pierres due aux cordes de halage (cerclées de fil de fer)

De pont-levis en écluses, le voyage se poursuit ; Le capitaine vient de décider la pause-déjeuner… Super, larguons les amarres et sautons sur la rive, pour profiter du soleil.

Nous n’avons pas encore déballé nos provisions que le signal du départ est donné ; Les passagers se regardent incrédules, voire inquiets pour certains… ’Pourquoi on repart déjà’, peut-on lire dans leurs yeux effarés ? Et soudain, l’information tombe ; Nous avons dérangé un nid de guêpes situé à même le sol… Quelle aventure !!!

Il est 13H00 !

Nous repartons pour nous arrêter un peu plus loin ! Pas de chance, la pluie a décidé de s’inviter à notre repas ! Les plus courageux cherchent un endroit sec pour s’assoir sur la rive, les autres décident de déjeuner dans le bateau ! La convivialité est de mise, les vivres sont partagées entre tous ; Le café nous est offert par Brigitte ; Et Josseline fait la vaisselle !

Petit à petit, le soleil réapparait ; Le voyage au long cours reprend ! Un pont-levis encore, une autre écluse, tout cela n’a plus de secret pour nos vaillants passagers ! S’ils sont encore émerveillés, ils sont déjà pris dans une certaine routine !

Il est 15H00 !

Monique tient la barre d’une main ferme, le regard tendu vers l’horizon ;

Monique tient la barre d'une main ferme !

Rien ne peut la déconcentrer ! Plus tard elle sera relevée par Josseline ; Marine, si hardie à la manœuvre sur la terre ferme, refuse de prendre la barre ! Allez savoir pourquoi !

Une dernière écluse ...

Une dernière écluse, et nous voici tous rendus à bon port…

Il est 17H00 ! Nous avons parcouru … 12 kilomètres !!!

Documents joints

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Habillage visuel © Kozlika sous Licence GPL