Accueil du site > Actualités > Ailleurs, en France ... > Canal Seine-Nord Europe : L’État déposera bien le dossier du canal devant (...)

Canal Seine-Nord Europe : L’État déposera bien le dossier du canal devant l’Europe

dimanche 20 juillet 2014, par Jacques ROMAIN

« L’année 2014 sera incontestablement l’année du canal Seine-Nord Europe », avait affirmé le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, lors de la conférence « De la reconfiguration de Seine-Nord Europe à la réalisation de la liaison européenne Seine-Escaut » organisée par l’association Seine-Nord Europe, le 18 février à Paris.

JPEG - 30.5 ko
Péniches naviguant sur l’actuel canal latéral de l’Oise, dans le Compiennois.
Crédit Photo : Le Courrier Picard

Ils restent prudents, tant le projet a subi de coups de chaud et froid. Mais ils ont des raisons d’y croire. Hier après-midi, les élus de l’est de la Somme (le député UDI Stéphane Demilly, André Salomé, président DVD du Pays Neslois, Philippe Cheval, président UMP du Pays Santerre, plus Patrick Deguise, maire PS de Noyon, et Jacques Petit, maire SE de Marquion dans le Pas-de-Calais) avaient rendez-vous à l’Élysée pour faire le point sur le dossier du canal Seine-Nord Europe. Pour les recevoir, « trois cerveaux » pour les transports au sommet de l’État : Xavier Piechaczyk, conseiller de François Hollande, Stéphane Lecler, conseiller de Manuel Valls (que les élus avaient déjà rencontré le 3 juin), et Olivier Rolin, conseiller du ministre Frédéric Cuvillier. Réponse la plus importante : « L’État va déposer le dossier du canal au plus tard en février 2015 devant la Commission européenne, en s’assurant que le tour de table avec les collectivités est bel et bien bouclé », indique Stéphane Demilly. Une confirmation capitale puisque de la décision de la commission européenne de financer le projet à hauteur de 40 % (environ 1,8 milliards) dépend la réalisation effective du canal à grand gabarit. Or l’Europe a déjà fait savoir qu’elle est favorable à ce projet, mais la demande de subventionnement par la France se fait toujours attendre. « Dans la foulée de la décision de l’Europe fin 2015, il faudra une déclaration d’utilité publique (DUP) modificative enclenchée par l’État », poursuit le député de la Somme. « Les deux premiers mots du conseiller de Hollande ont été : on avance ! » Les élus de tous bords ont encore demandé que le député PS du Nord Rémi Pauvros, chargé par Frédéric Cuviller de reconfigurer le projet, soit nommé coordonnateur officiel du dossier. « On a fait notre travail de lobbying, on va continuer », conclut Stéphane Demilly, pour une fois un peu rassuré dans ce dossier au long cours.

P.M.

La liaison européenne Seine-Escaut

La liaison entre la Seine et l’Escaut est un axe de transport stratégique au sein d’une région économique et industrielle hautement développée, accessible notamment à partir des ports du Havre, de Rouen, de Dunkerque, de Zeebrugge, d’Anvers et de Rotterdam. Retenue parmi les axes prioritaires en Europe, elle bénéficie de la politique de soutien au développement prioritaire des réseaux transeuropéens de transport (RTE-T). La liaison fluviale entre la Seine et l’Escaut comprend plusieurs tronçons : lire la suite

JPEG - 235.9 ko
En Belgique, des aménagements déjà en cours
Crédit photo : Willem Van Cronbrugge

Voir en ligne : Lire l’article dans le "Courrier Picard"

Portfolio

Article paru dans l"Observateur de l'Avesnois" le (...)
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Habillage visuel © Kozlika sous Licence GPL