Accueil du site > Actualités > Ailleurs, en France ... > Des pénichettes sur la Sèvre Niortaise en 2017 !

Des pénichettes sur la Sèvre Niortaise en 2017 !

mercredi 29 janvier 2014, par Jacques ROMAIN

Des bateaux habitables et spécialement construits accompagneront la future remise en navigabilité de notre fleuve côtier. Même l’État s’y colle.

JPEG - 69.2 ko
Les futurs usagers rapporteraient 1 M€ par an en pré et post-séjour, en comptant vingt bateaux loués pendant dix-neuf semaines.
Crédit photo "Nouvelle République"

Nous l’écrivions en novembre 2010, l’étude commandée à une stagiaire par le comité départemental de tourisme faisait apparaître le potentiel navigable de la Sèvre niortaise, sur laquelle 2.650 embarcations transportant du bois, des tuiles, du grain, du fourrage, du vin ou du charbon étaient passées par Coulon en 1840. Cette fois, ce sont des visiteurs et des plaisanciers que deux ou trois pénichettes de 14 mètres et avec six couchages emporteront en 2017 de Niort à Marans, puis vingt bateaux ultérieurement, si l’aventure écono-mico-touristique est jugée viable.

Deux opérateurs intéressés

L’impulsion deux-sévrienne a été en tout cas décisive. Deux opérateurs européens de house-boat, Nicol’s et Le Boat, ont montré leur intérêt. Une étude plus élaborée vient de déterminer les conditions d’exercice et les coûts de faisabilité. Pilotée par le cabinet toulousain Omega Consultants, spécialisé dans le fluvial et le maritime, elle a reçu les financements croisés des conseils généraux de la Charente-Maritime, des Deux-Sèvres et de la Vendée, du conseil régional des Pays de la Loire, de la communauté d’agglomération de Niort, de l’ Agence de développement touristique 79 et de l’État.

C’est dire que la mayonnaise a pris. D’autant que c’est ce même État qui, tout en transférant le domaine public fluvial à l’Institution interdépartementale du bassin de la Sèvre niortaise, s’est engagé à payer (1,6 M€) les travaux hydrauliques nécessaires à la navigabilité du cours et de ses affluents. Cela passera par l’automatisation de treize écluses, la réalisation des pontons d’accostage, des cales de mise à l’eau, des aires de retournement et de sanitaires. De Niort à Marans, en ajoutant la Jeune Autise, la Vieille Autise et le canal du Mignon, c’est un linéaire de 109 km qui est promis aux plaisanciers (58,800 km sur la Sèvre en aller simple, 49,800 km sur ses affluents en aller-retour).

Il appartiendra à un véritable G 9 – doivent s’ajouter aux précités la communauté d’agglomération de La Rochelle et les communautés de communes de Marans et de Fontenay-le-Comte – de s’entendre sur le cofinancement d’un projet évalué à 6,4 M€ (valorisation paysagère, hébergement, communication). Alors que le conseil général de Charente-Maritime procède actuellement au désenvasement du canal de Marans à La Rochelle, deux études complémentaires doivent convaincre les sites rochelais et fontenaisien d’entrer dans le jeu.

JPEG - 52.2 ko
Sur cette carte, les voies navigables de la Sèvre et ses affluents.
Crédit photo "Nouvelle République"

« C’est un vrai projet de territoire, dans un partenariat public-privé », se réjouit Gérard Zabatta, président de l’Agence de développement touristique des Deux-Sèvres et vice-président du conseil général. Les hébergeurs, les loueurs de vélo – d’où l’expression de tourisme fluvestre – et les gestionnaires de structures touristiques sont prévenus. C’est que, sur la base de 80 % d’étrangers, les futurs usagers de l’eau rapporteraient 1 M€ par an en pré et post-séjour, en comptant vingt bateaux loués pendant dix-neuf semaines.

Des bateaux exclusifs et à construire, qui coûteront 3,280 M€ (2,280 M€ d’opérateurs privés et 1 M€ des collectivités).

nr.niort@nrco.fr

> Le Marais poitevin a été retenu par la ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme, Sylvia Pinel, qui viendra signer en février prochain à Niort un contrat de destination. Via Atout France, l’Etat s’apprête ainsi à financer des opérations de promotion et de communication en faveur de la 2e zone humide de France. > Les Assises régionales du tourisme se dérouleront le 5 février à Poitiers. Gérard Zabatta en profitera pour présenter le dossier de tourisme fluvial au départ de Niort. > Les présidents des quatre comités départementaux de tourisme dans le Poitou-Charentes se réunissent ce mercredi à Niort, à l’initiative d’Eric Gautier, président du conseil général 79. L’objectif est de déterminer des actions de partenariat sur le tourisme, disparues avec l’internalisation du Comité régional de tourisme. > Le pilotage technique du projet fluvial sera confié en avril au Parc du Marais poitevin, l’ ADT 79 gardant les rênes pour la communication et l’aspect touristique.

Daniel Dartigues

Voir en ligne : Lire l’article dans "La Nouvelle République"

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Habillage visuel © Kozlika sous Licence GPL