Accueil du site > Actualités > Ailleurs, dans le monde ... > Canal de Panama : les autorités prêtes à payer si le montant est "acceptable" (...)

Canal de Panama : les autorités prêtes à payer si le montant est "acceptable" ! - Mis à jour le 10/01/2014

vendredi 10 janvier 2014, par Jacques ROMAIN

Les autorités panaméennes sont disposées à payer la somme supplémentaire réclamée par le consortium qui réalise les travaux d’élargissement du Canal de Panama s’il s’avère que le montant exigé est "acceptable", a déclaré l’administrateur du canal.

Le contrat liant l’Autorité du Canal de Panama (ACP) et le consortium GUPC prévoit des instances pour régler tout litige entre les deux parties, a souligné l’administrateur, Jorge Quijano, jeudi sur Radio Panama.

JPEG - 77.9 ko
Le chantier du canal de Panama, le 20 août 2013
Crédits photo : Rodrigo Arangua/AFP

Le Panama est prêt à payer s’il s’avère que les montants réclamés "sont acceptables", a-t-il ajouté. "Alors nous paierons", a-t-il dit.

Mais si les instances se prononcent en faveur de l’ACP, "nous espérons que l’autre partie jouera aussi le jeu" et acceptera leur décision, a-t-il souligné.

Le contrat scellé entre l’ACP et le consortium prévoit trois voies possibles de règlement d’un différend : un accord entre les parties devant l’ACP via un recours ; un règlement issu d’une proposition d’un membre de l’ACP, du consortium ou d’une proposition commune ; un arbitrage international.

JPEG - 99.4 ko
Description des travaux de l’élargissement du canal de Panama menacés de suspension en raison de problèmes financiers
iconographie : G. Izus/J. Hennebert/AFP

L’essentiel de l’ouvrage porte sur la construction d’une nouvelle série d’écluses pour permettre le passage de navires transportant jusqu’à 12.000 conteneurs, plus du double de la charge actuelle autorisée. La construction de ces écluses est avancée à 65% selon l’ACP, qui évalue également à 72% l’évolution globale des travaux.

Le constructeur espagnol Sacyr, qui dirige le consortium GUPC chargé des travaux d’élargissement, a annoncé jeudi qu’il "procéderait à la suspension des travaux" si l’ACP ne paye pas, sous trois semaines, 1,6 milliard de dollars (environ 1,2 milliard d’euros) pour couvrir "les surcoûts" survenus sur le chantier.

Une exigence que les autorités panaméennes ont jugé "irresponsable".

Le consortium est emmené par le constructeur espagnol Sacyr, aux côtés de l’italien Impregilo, du belge Jan de Nul et du panaméen Constructora Urbana.

Le président panaméen a annoncé jeudi qu’il allait prochainement se rendre en Espagne et en Italie pour plaider auprès de ces gouvernements en faveur de la poursuite des travaux.

JPEG - 71 ko
Bateau transportant de nouvelles portes d’écluses pour le canal de Panama au port de Colon, le 20 août 2013
Crédits photo : Rodrigo Arangua/AFP

Pour Jorge Quijano, le consortium veut lui "tordre le bras" pour obtenir un accord "loin de ce qui est prévu dans le contrat".

Mais "que ce soit avec ou sans eux, nous allons achever les travaux, avec les moyens" de l’ACP, a-t-il assuré.

Une facture finale estimée à 5,2 milliards de dollars

Le surcoût est considérable au vu du montant total, de 3,2 milliards de dollars, du contrat remporté avec grand bruit en 2009 par le consortium. Une somme astronomique que GUPC attribue notamment à l"’inexactitude de l’information fournie au consortium" par l’ACP.

JPEG - 66.8 ko
Un cargo traverse le canal du Panama en mai 2013
Crédits photo : Rodrigo Arangua/AFP

"Il s’agit de coûts imprévus, qui sont apparus, très nombreux et variés, au cours de ces travaux gigantesques", a expliqué à l’AFP un porte-parole de Sacyr. "Il s’agit de sujets techniques, de composantes du ciment, de questions géotechniques, géologiques, d’impôts, de taxes, de questions économiques, en relation avec les employés, de questions climatologiques", a-t-il énuméré.

PNG - 1.8 Mo
Vue schématique du canal, illustrant la séquence d’écluses et de passages

Le montant global du chantier devait s’élever à 5,2 milliards de dollars.

La fin des travaux, d’abord prévue pour octobre 2014 afin de coïncider avec le centenaire du canal, a été reportée à 2015 après un premier désaccord dès le début du chantier entre l’ACP et GPUC sur la qualité du ciment utilisé. Le consortium avait accepté d’en changer mais lui réclamait en compensation le versement de 573 millions de dollars (environ 465 millions d’euros).

"Ce qui est important pour le moment pour la communauté maritime internationale, c’est que le canal continue d’opérer de manière efficace", a fait valoir M. Quijano.

Un total de 5% du commerce maritime mondial transite par le canal de Panama. Passant notamment par le percement d’une troisième voie d’eau, l’élévation du niveau du lac Gatun, l’élargissement des voies d’accès, le creusement du lit du canal et la construction de nouvelles écluses sur trois niveaux, le projet vise à permettre le passage de navires transportant jusqu’à 12.000 conteneurs, le triple de la charge actuelle.

AFP

Voir en ligne : le canal de Panama : video des bourlingueurs aux Amériques

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Habillage visuel © Kozlika sous Licence GPL