Accueil du site > Actualités > Auxerre et l’Yonne, mise en place naturelle d’un site fluvial (...)

Auxerre et l’Yonne, mise en place naturelle d’un site fluvial !

samedi 7 janvier 2012, par Jacques ROMAIN

Auxerre et l’Yonne, mise en place naturelle d’un site fluvial

Introduction

"On prendra le terme de « naturelle » dans le sens que lui donnait Buffon (1707-1788) dans son « Histoire Naturelle des minéraux » (8 tomes, 1783) où, dans le chapitre consacré aux « Pierres calcaires », il cite « la carrière Saint-Siméon, à la porte d’Auxerre ». On saura plus tard (Claude Mégnien 1967) qu’il s’agit, sur le faîte de la ville, bien délimités par une faille N.10° Est, des « calcaires lumachelliques [1] très compacts à petites exogyres [2] du Barrémien inférieur [3] (n4a) », nom venant de Barrème, Alpes de Haute Provence, Henri Coquand [4] , 1862, étage du Crétacé inférieur, entre 132 et 124 millions d’années (M.A.).

Juste hommage que doit rendre Auxerre à l’œuvre immense de Buffon, le précurseur de la géologie qui sut si bien distinguer en Bourgogne entre le « roc primitif ou granite » et « la pierre à coquilles ou calcaire ». Le site d’Auxerre, façonné par la dynamique fluviale de l’Yonne, s’explique par les données géologiques, structurales, générales et régionales, les variations climatiques quaternaires, et la géomorphologie sub-actuelle."...


Lire la suite dans le document joint

Bibliographie :

Voir en ligne : "Cartographier un espace, c’est lui donner sa carte d’identité"

Notes

[1] lumachelle (nf) : roche sédimentaire calcaire, souvent peu cimentée, formée essentiellement de coquilles (Lamellibranches surtout) entières ou brisées, accumulées sur place. Calcaire lumachellique : calcaire qui contient un ciment plus abondant qu’une lumachelle, et est de ce fait plus compact

[2] exogyre (nf) : mollusque bivalve fossile, voisin des huitres, très abondant dans les terrains crétacés

[3] Le Barrémien ou Barrêmien est le quatrième étage stratigraphique du Crétacé inférieur. Il s’étend de -130 ± 1,5 à -125 ± 1 Ma. Il succède à l’Hauterivien et précède l’Aptien.

[4] Henri Coquand (1813-1881) est un géologue et paléontologue français originaire de Charente. Il est l’inventeur des étages géologiques coniacien, santonien et campanien (dans son Traité des roches considérées au point de vue de leur origine et de leur composition publié à Besançon en 1856).

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Habillage visuel © Kozlika sous Licence GPL