Accueil du site > L’actualité de nos partenaires > DU BON USAGE DE L’EAU DE PLUIE

DU BON USAGE DE L’EAU DE PLUIE

mercredi 30 novembre 2011, par Jacques ROMAIN

"La loi sur l’eau de 2006 comporte deux dispositions quasi antinomiques dans leur application sur les cours d’eau. La loi vise à la fois la préservation de la ressource et la libre circulation des poissons migrateurs.

La préservation de la ressource devrait conduire à accroitre les barrages sur les cours d’eau afin de constituer des réserves significatives dans les périodes de fortes précipitations. Les barrages permettent aussi d’écrêter les crues, de restituer l’eau en période d’étiage et souvent, de fournir de l’énergie électrique renouvelable. La libre circulation des poissons migrateurs nécessiterait, à l’inverse, de retrouver l’état sauvage des cours d’eau en arasant les barrages. Seuls les barrages de faible hauteur pourraient subsister à condition de les munir de passes à poissons.

Dans le sud de la France, la récurrence de périodes de crues dévastatrices et de sècheresse suffit à démontrer l’intérêt qu’il y aurait à construire de nouveaux barrages dans les zones exposées à ces risques.

JPEG - 213.6 ko
Le Cher canalisé

Comme d’autres régions du centre et du nord de la France, la Touraine connait depuis une décennie un déficit pluviométrique important. De plus, la Touraine est sommée de réduire de 20% son prélèvement d’eau dans la nappe cénomanienne (nappe phréatique profonde en forte régression). Au-delà des économies réalisables, d’autres approvisionnements en eau sont à trouver sinon à renoncer à l’accroissement de population et au développement d’industries ou d’activités consommatrices. Sur une distance de 60 km, le Cher canalisé, quand les barrages mobiles sont montés, constitue une réserve d’eau de plus de 6 millions de m³ (sans comptabiliser l’alimentation de la nappe alluvionnaire). Une telle réserve, auto entretenue par les épisodes pluvieux, représente l’équivalent de 10 millions de récupérateurs d’eau de grande capacité ! Pour bénéficier de cette ressource, il faut associer à chaque barrage une passe à poissons. C’est un investissement global de l’ordre de 2 millions d’euros que l’Etat et les collectivités territoriales se doivent de faire au plus vite pour concilier les deux dispositions de la loi.

Les législateurs ont élevé l’eau au rang « de patrimoine commun de la Nation ». Agissons vite pour donner du sens à cette gratitude et de ne plus voir s’écouler vers la mer, sans le moindre intérêt économique, nos trop rares eaux de pluie tombant sur la Touraine."

par Jean-Pierre Pestie, conseiller municipal d’Athée sur Cher.

Voir en ligne : Revalorisation de l’eau de pluie

1 Message

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Habillage visuel © Kozlika sous Licence GPL